16/09/2012

WEC Sao Paulo : Grande première pour Toyota !

Ca y est, c'est fait ! Il n'aura fallu attendre que trois courses pour que Toyota remporte sa première victoire ! Et avec quelle manière... Les Audi n'ont tout simplement rien pu faire pour empêcher cela. Déjà aux qualifications, la TS030 Hybrid a frappé fort avec Alexander Wurz en allant chercher la pole et mettre près de huit dixièmes au second, l'excellent Lucas Di Grassi qui découvrait l'endurance sur la R18 Ultra. Dés le départ, Nico Lapierre creusait un petit écart. A ce moment là, on se demandait si Audi n'assurait pas déjà car la Toyota consomme beaucoup plus que les allemandes. On l'avait déjà remarqué au Mans et à Silverstone, où la nippone avait dû s'arrêter une fois de plus que l'Audi. Mais plus la course avançait... Plus l'écart augmentait et Audi donnait de plus en plus l'impression de ne rien pouvoir faire. Et finalement, à un peu plus d'heure de la fin, la Toyota avait un tour d'avance sur les Audi. Au final, Wurz-Lapierre s'impose avec une minute d'avance sur la R18 E-Tron Quattro de Fässler-Lotterer-Tréluyer et une minute quatorze sur la R18 Ultra de Di Grassi-Kristensen-McNish... Même si le Safety Car n'a pas aidé l'Ultra, on voit mal comment il aurait été possible de l'emporter chez Audi. Mais comment expliquer cela ? Car il faut préciser que sur le circuit d'Interlagos, avec ses 670 mètres d'altitude, le moteur atmosphérique Toyota aurait dû être moins performant que le moteur Turbo diesel d'Audi... L'écart sur un tour n'est pas énorme, les trois voitures ayant tournées dans les 1:23 en essais. Une explication nous vient alors : les pneus ! On a vu que chez Audi on faisait des doubles relais et que vers la moitié du second, les performances s'effondraient d'un coup alors que chez Toyota on restait régulier. Un problème déjà vu l'an passé face à Peugeot pour les Audi... Quand on pense que cette R18 a pu faire un quintuple relais aux 24 Heures du Mans 2011, il y a de quoi se poser des questions !!! On sait sur quels domaines les deux constructeurs devront travailler cet hiver. Chez Audi, il faudra travailler sur les pneus et chez Toyota sur la consommation. Terminons par l'excellent boulot de Lucas Di Grassi qui a de suite était dans le rythme et était capable de revenir sur Lotterer en fin de course. Nul doute qu'Audi saura s'en souvenir pour la saison prochaine. En tout cas, ce serait une recrue de choix !

Chez les privés, encore une fois c'est l'épouvantail Rebellion qui s'impose avec une quatrième place au général pour la Lola-Toyota de Prost-Jani. On peut être un peu déçu des HPD, très performantes aux essais et un peu moins véloces en course. Belle cinquième place tout de même pour celle du Strakka Racing alors que celle de chez JRM a dû abandonner. Sixième place pour l'autre Lola-Toyota de chez Rebellion. Primat-Belicchi ayant livrés une belle bataille aux HPD et plus particulièrement à celle du Strakka Racing. Précisons que le Oak Racing reviendra pour les manches du Fuji et de Shangaï avec, désormais, un moteur HPD à la place du Judd... Un cocktail qui pourrait s'avérer détonant. C'est tout ce que l'on souhaite pour notre compatriote Bertrand Baguette qui sera sur cette voiture avec Dominik Kraihamer.

En LMP2, on aura eu droit à une véritable course par élimination. Déjà avant le départ, il y avait eu un contact dans le peloton qui endommageait l'Oreca-Nissan Signatech de Rusinov-Panciatici-Ragues. Et au deuxième virage, deux candidats au podium s'accrochaient : l'Oreca-Nissan PeCom Racing de Kaffer-Perez Companc-Minassian et la Morgan-Nissan de Pla-Lahaye-Nicolet qui de suite, perdaient toutes chances de victoires. Un accrochage qui en a provoqué un autre, avec la Ferrari 458 AF-Waltrip qui grimpait sur la Lola-Nissan du Gulf Racing. Enfin bref, départ mouvementé ! Très vite, Stéphane Sarrazin sur la HPD de chez Starworks prenait la poudre d'escampette... Et ce n'est que lorsque Vicente Potolicchio an a pris le volant que les autres ont eu l'espoir de venir chatouiller cette voiture. Car à part la Morgan-Nissan de Baguette-Kraihamer-Brundle (équipage très Pro-Am au passage...), personne n'a pu venir se battre un instant avec l'HPD américaine, nettement au dessus du lot, vous l'aurez compris.

Derrière, la bagarre aura été sympathique, surtout en début de course entre Franck Mailleux (Oreca-Nissan N°23), Vitantonio Liuzzi (Lola Lotus N°32) et Bertrand Baguette (Morgan-Nissan N°35). Mais au final, tout le monde aura eu son lot d'infortunes. L'Oreca-Nissan N°23 de chez Signatech pensait enfin vaincre le signe indien mais Jordan Tresson a perdu une roue dans son tour de sortie des stands. La Morgan-Nissan N°35 a stoppé net sa course en raison d'un problème moteur alors que la victoire était jouable et la Lola-Lotus N°32 a sombré une fois que Liuzzi a laissé le volant. L'Oreca-Nissan d'ADR-Delta était bien partie en étant deuxième en début de course mais a connu une cascade d'ennuis après un contact avec la Morgan-Nissan N°24 de Matthieu Lahaye.

Victoire logique donc pour l'HPD N°44 de chez Starworks (Sarrazin-Potolicchio-Dalziel) alors que sur le podium on retrouve... l'Oreca-Nissan N°49 PeCom et la Morgan-Nissan N°35 Oak, soit les deux voitures qui se sont accrochées au premier tour ! Signalons l'excellente performance d'Oliver Pla, de nouveau auteur d'un relais d'anthologie.

Côté GTE, c'est la Ferrari 458 N°51 AF Corse (Fisichella-Bruni) qui s'est imposée, non sans avoir dû batailler fermer avec l'Aston Martin V8 Vantage N°97 (Mücke-Turner) en début de course. Quand à la Porsche GT3 RSR N°77 Felbermayr (Lieb-Lietz) et la Ferrari 458 N°71 AF Corse (Bertolini-Beretta), elles terminent troisièmes et quatrièmes mais n'ont pas du tout joué un rôle dans la course. En tout cas, quatre voitures pour cette catégorie c'est vraiment peu et on espère que plusieurs constructeurs vont arriver dans un avenir proche ! McLaren pourrait arriver l'an prochain, alors que des rumeurs annoncent Audi et BMW également...

Pour finir, en GT-Am, victoire sur tapis vert pour la Porsche GT3 RSR N°88 Felbermayr (Ried-Roda-Ruberti). En effet, la Corvette C6 N°50 de chez Larbre Competition (Bornhauser-Canal-Rees) a été déclassée car la hauteur de caisse n'était pas conforme. C'est la deuxième fois d'affilée après Silverstone... C'est donc l'autre Corvette de chez Larbre (Belloc-Gibon-Bourret) qui termine deuxième et la Ferrari 458 AF-Waltrip termine troisième avec l'équipage 100% brésilien Bernoldi-Negrao-Longo.

18:48 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2012

L'endurance US change de visage

Aujourd'hui, l'endurance aux USA est bien présente grâce à deux championnats. D'un côté l'ALMS qui tire sa force par la présence de deux courses légendaires dans son calendrier, Sebring et Petit Le Mans, et de ses liens avec Le Mans. De l'autre côté il y a le Grand-Am dont les 24 Heures de Daytona font partie du calendrier et dont les Daytona Prototype et GT sont à un coût bien moindrs que ne le sont les LMP et GTE. En 2014, ces deux championnats ne feront plus qu'un !

Actuellement c'est encore assez flou au niveau du règlement mais d'après les premières tendances, on aura les LMP2 et DP pour jouer la gagne. Les Daytona Prototype auront alors une sérieuse cure de vitamines ! Côté GT, les GTE et Rolex GT feront surement cause commune. Dés lors, pourquoi ne pas garder le système GT-Pro et GT-Am avec les GTE pour les "Pro" et les Rolex GT, moins puissantes, pour les "Am" ? Exit donc les LMP1, qui ne font pas recette en ALMS de toutes manières.

Les organisateurs collaboreront avec l'ACO pour ce championnat. Ce qui est logique étant donné que les LMP2 et GTE seront acceptées...

Félicitons les organisateurs des deux championnats pour avoir franchi le cap ! En temps de crise, une pareille association est évidemment bienvenue et cette réunification aura aussi pour effet une meilleure visibilité pour l'endurance aux USA. Et puis, imaginez un peu le calendrier... 24 Heures de Daytona, 12 Heures de Sebring, 1000 Miles de Road Atlanta (qu'il ne faudra probablement plus appeler Petit Le Mans) et aussi 6 Heures de Watkins-Glen, 4 Heures de Road America, 6 Heures de Laguna Seca... Permettez moi l'expression, mais quelle gueule ça aurait !!! Malgré tout, ne plus voir de LMP1 à Sebring et Road Atlanta fera quand même bizarre la première fois. Souhaitons à l'ACO que le WEC ne se casse pas la figure car, s'ils gardent un lien avec la série, il ne sera pas aussi fort que lors de l'époque ALMS. Je vous laisse imaginer la catastrophe si le WEC n'arrive pas à prendre son véritable envol... Il n'y aura plus que Le Mans pour sauver le navire. Et le contexte économique actuel ne permet sans doute pas un retour à ce que se faisait milieu des années 90 où il n'y avait pas d'ALMS ou ELMS mais seulement les 24 Heures... En tous cas, les américains ont compris que la meilleure chose à faire était de créer quelque chose 100% US. Ne dit-on pas que la chance sourit aux audacieux ?

16:07 Écrit par Blog-Endu dans Autres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/07/2012

24H de Spa : Audi fait le doublé

Alors que la pluie avait été assez présente durant la matinée, le soleil faisait son apparition peu de temps avant le départ ! L’idéal pour les pilotes évidemment. Il faut savoir que cette année, à part pour la catégorie Pro Cup, il fallait que ce soit le pilote le mieux catégorisé de chaque voiture qui prenne le départ de course. Excellente idée afin de minimiser les risques au départ !

Et le départ fût assez calme. Maxime Martin prenait la tête dès la sortie du Raidillon. Lui et Kechele allaient de suite s’échapper de la meute, les deux pilotes roulant en 2:22 alors que le reste du peloton était en 2:24, 2:25. Les leaders arrivant dans le trafic sur le coup de la demi-heure de course. A partir de là, les écarts se sont stabilisés, les deux hommes de tête ayant une quinzaine de secondes d’avance sur le reste de la meute.

A partir de ce moment, la course a connu une série de faits de course. La Mustang de chez VDS Racing Adventures a connu des soucis mécaniques et la Mercedes SLS N°18 (Black Falcon) était victime de problèmes de boîte de vitesse. Quelques sorties et contacts aussi, notamment entre la Mercedes KRK N°14 et la BMW DB Motorsport N°37… Mais surtout, à l’heure de course, André Lotterer était victime d’un contact au Bus Stop. La McLaren Lapidus N°62, pilotée par Adam Christodoulou s’est subitement rabattue pour entrer au stand et a tapé l’avant gauche de l’Audi R8 N°6 de l’allemand. La McLaren tapait violemment le mur et rentrait au stand en crabe alors que l’Audi été touchée au niveau de la suspension et a perdu une demi-heure, soit 12 tours, pour réparer, et donc la course aussi. Quant à Adam Christodoulou, il a été exclu de la course.

Après les premiers arrêts aux stands, la BMW Z4 VDS N°3 avait une avance d’une trentaine de secondes car elle n’avait pas changé de pneus. Au cours du relais, Kechele avec de nouvelles gommes, reprenait du temps au fur et à mesure. Derrière, Audi montait en puissance et progressivement, les deux de chez WRT et la Phoenix N°16 allaient s’installer dans le Top5, non sans avoir dû batailler avec Stéphane Lémeret (BMW Z4 N°36 DB Motorsport), Eric Van De Poele (McLaren MP4-12C N°5 Boutsen Ginion Racing) ou Uwe Alzen (Porsche GT3R N°8 Haribo).

Sur le coup de 18 heures, c’est un véritable déluge qui s’est abattu sur le circuit de Spa. Du même genre que celui qui a causé l’annulation de la super pole ! Quelques voitures sont parties en tête-à-queue au virage de La Source, là où le déluge s’est abattu en premier lieu. La BMW Z4 N°66 de Vita4One s’était arrêté pour un arrêt de routine quelques minutes avant la pluie et a dû repasser par les stands et ainsi donc perdre une dizaine de place, et être ainsi projeté en dehors du Top10. Finalement, la Safety Car allait sortir pour la première fois en course et durer près de ¾ d’heure ! Il pleuvait tellement qu’il y a eu une panne de courant dans les stands F1. L’averse terminée, la piste s’asséchait petit à petit mais, une demi-heure après le restart, Stéphane Salini (Porsche 911 GT3 Cup N°83/RMS) sortait très violemment dans Blanchimont, probablement après une casse d’un élément de direction car la voiture était sur la trajectoire normale et est partie d’un seul coup ! Le pilote français a dû être évacué en ambulance, mais ne souffre pas de blessures graves. La Safety Car en était alors à sa deuxième intervention.

Par après, une hiérarchie a commencé à s’établir. La hiérarchie que l’on attendait car on assiste à un match MarcVDS vs Audi ! Et peu avant 21 heures, la pluie refaisait son apparition, de nouveau assez fort pour ressortir la Safety Car. La pluie allait durer deux bonnes heures, au plus grand bonheur de Maxime Martin qui allait nous faire un numéro dont lui seul à le secret. Il était en moyenne, quatre à cinq secondes plus rapide que les Audi !

Sur le coup de 22H40, la McLaren MP4-12C N°5 du Boutsen Ginion perdait toutes chances de bon résultat en s’accrochant avec… La McLaren Lapidus N°62 !!! Un incident provoquant la colère de Nico Verdonck, au volant, et qui entraîna l’abandon de la voiture, alors qu’elle occupait la cinquième position !

Sur le coup de minuit, les positions de tête changeaient en fonction des arrêts aux stands. A partir de ce moment, on peut parler d’avantage à Audi car la BMW Z4 N°3 MarcVDS n’a toujours pas purgé son stop & go d’une minute. Le finlandais Markus Paltalla n’ayant pas encore pris le volant en course… Pour rappel, il doit passer par les stands pour sa pénalité dans les trois premiers tours de son relais. Mais vers 00H45, Leinders a eu un contact avec un retardataire, et a légèrement abîmé l’échappement ! Dans ce même moment, un nouveau Safety Car a fait son apparition après l’arrêt sur la piste de la Ferrari 458 N°59 du Vita40ne Italy. La Safety Car se retirait vers 1H10… Pour réapparaître quatre minutes plus tard avec la sortie de  piste de la Porsche GT3 Cup N°32 de chez Pro GT by Alméras ! La neutralisation durait une petite quinzaine de minutes… Et trois minutes plus tard, de nouveau un Safety Car !!! La Ferrari 458 N°11 de Sport Garage ayant tapé aux Combes.

La nuit fût compliquée pour le team MarcVDS.  Maxime Martin a eu deux touchettes avec la Mercedes SLS KRK N°14 et la Ferrari 458 N°59 Vita4One Italy. Il aura fallu vérifier que rien n’avait été trop endommagé, donc une perte de temps supplémentaire. Ensuite, à la douzième heure, Markus Paltalla a pris le volant et a donc dû faire son stop & go d’une minute. Ajoutons à cela une crevaison et des problèmes de démarreur…. Au final, la voiture a perdu deux tours avec toutes ses mésaventures.

La nuit passe, avec plusieurs interventions de la Safety Car (en fin de nuit, il y avait un total de 13 interventions pour plus de quatre heures) et l’on voit les Audi et BMW attaquer très fort. Au final, après les déboires de MarcVDS, c’est le team DB Motorsport qui allait connaître une fin de nuit des plus chaotiques ! Elle a déjà dû faire un drive trough pour ne pas avoir respecté les feux en sortie de pitlane. Mais à 6H, Stéphane Lémeret sortait de la piste à la sortie des Combes après un problème d’ESP et a dû abandonner. Dès ce moment-là, la course se résumait à une bagarre entre les trois Audi (Phoenix N°16, WRT N°1 & 2) et la BMW Z4 Vita4One, sur laquelle Matthias Lauda fait une très bonne impression.

En début de matinée, l’Audi R8 Phoenix N°6 menait avec un tour d’avance sur l’Audi R8 WRT N°1, l’Audi R8 WRT N°2 et la BMW Z4 Vita4One N°66 et la BMW Z4 MarcVDS N°3 était à deux tours. Mais à neuf heures, René Rast sur la N°16 était victime d’une crevaison et Stéphane Ortelli en profitait pour prendre les commandes, redistribuant ainsi les cartes et relançant la course. C’est alors qu’un nouveau Safety Car entre en piste pour dégager l’Aston Martin V12 Vantage N°107 de chez Beechdean – AMR, qui avait perdu sa roue arrière gauche. Incident qui allait la contraindre à l’abandon. Ironie du sort, cet incident intervient peu de temps après que l’autre Vantage, celle de GPR, ait perdu sa roue avant gauche ! Moment insolite durant cette procédure, Tom Kristensen s’est retrouvé avec le rétroviseur central dans la main et l’a jeté par la fenêtre comme s’il était sur la route !

Après le restart, Frank Stippler et Christopher Haase se bagarraient pour la tête de la course, mais le pilote WRT a perdu le contact en faisant un tout droit aux Combes. Entretemps, Maxime Martin se lançait corps et âme pour essayer d’aller chercher le podium et réalisait le meilleur tour en course en 2:19.758 ! Soit seulement trois dixièmes plus lent que la pole.

Peu après midi, Edwards Sandström sortait très violemment en haut du Raidillon alors qu’il occupait la quatrième position. Le pilote suédois s’en sortait indemne mais était fort logiquement contraint à l’abandon. Et là Safety Car sortait pour la 15ème fois !!!

Christopher Mies (WRT N°1) était repassé en tête mais René Rast (Phoenix N°16) ne lâchait rien et reprenait dixièmes par dixièmes puis secondes par secondes. A un peu plus de deux heures de la fin, les deux Audi étaient l’une derrière l’autre mais subitement, Christopher Mies était victime d’une crevaison à Blanchimont et devait de suite s’arrêter au stand… Et la malchance a frappé le clan WRT, car avec la règle des arrêts toutes les soixante-cinq minutes, la voiture allait devoir s’arrêter une fois de plus, à trois minutes près… A partir de là, il était clair que la victoire ne pouvait échapper à l’Audi R8 Phoenix N°16 de Piccini-Rast-Stippler. Un ultime Safety Car à ¾ d’heure de la fin n’a même pas fait durer le suspense, l’Audi N°1 ne pouvait en profiter pour essayer de recoller. D’ailleurs, Ortelli a écopé d’un drive trough pour être rentré dangereusement dans la pitlane. Le Safety Car était sorti en raison d’une impressionnante sortie à Blanchimont de la Ferrari 458 N°72 de Lorenzo Bontempelli qui est parti en travers avant de taper les pneus et se retourner dans les airs et de retomber sur le toit et se mettre sur les roues ! Mais le pilote s’en est sorti indemne.

La dernière demi-heure aura été assez calme et c’est donc l’équipe Piccini-Rast-Stippler sur l’Audi R8 LMS Ultra N°16 (Phoenix) qui remporte l’édition 2012 des TOTAL 24 Heures de Spa, devant Mies-Ortelli-Haase sur la R8 de chez WRT, qui font la une très bonne opération au championnat ! Peu en verve depuis le début de saison, le team Vita4One termine sur la dernière marche du podium avec la BMW Z4 N°66 de Franchi-Kechele-Lauda. Le fils de Niki aura été assez impressionnant durant la nuit ! Mais la déception, elle vient bien sûr de chez MarcVDS qui termine au pied du podium. Le team aura tout fait pour être le moins pénalisé par le stop & go de Paltalla mais les nombreux Safety Car et les problèmes de démarreur pour sortir des stands ne les auront pas aidés ! Ce qui récompense assez mal la superbe performance de Maxime Martin. Exceptionnel, le bruxellois collait cinq secondes au tour aux pilotes Audi sous la pluie ! Terminons avec la très belle 6ème place finale de l’Audi N°6 de Lotterer-Fässler-Kristensen, qui aura fait une bien belle remontée après son incident de la première heure.

En Pro-Am Cup, c’est la Ferrari 458 N°52 de chez AF Corse (Machiels-Hommerson-Bertolini-Pier Guidi) qui l’emporte et qui termine à une excellente 5ème place au classement général ! Le podium de la catégorie est complété par la Porsche GT3R N°8 de chez Haribo (Alzen-Menzel-Stursberg-Riegel), avec un beau numéro de Uwe Alzen durant la course. Belle 3ème place pour la Ferrari 458 N°10 de chez Sofrev ASP (Panis-Debard-Barthez-Moulin Traffort), alors qu’on s’attendait plutôt à avoir la N°20 de cette équipe jouer un rôle dans la catégorie.

En catégorie Gentlemen Trophy, victoire de la Porsche GT3 Cup S N°25 (Van Bellingen-Redant-Fumal-Vanloo) et en Cup, victoire de la Porsche GT3 Cup N°94 (Balthazard-Bigourie-Renmans-Vleugeuls).

Soulignons aussi l’excellent 9ème place (4ème Pro-Am) de la McLaren MP4-12C N°88 de chez Von Ryan Racing de Parente-Barff-Goodwin-Wills. Performance qui prouve les progrès de la voiture de Woking en performance et surtout en fiabilité… De quoi regretter encore plus l’abandon nocturne de la N°5 de chez Boutsen Ginion Racing.

En conclusion, cette édition 2012 aura été réussie. Le suspense aura été presque jusqu’au bout de la course, qui s’est véritablement jouée à deux heures du terme. Mais pour l’an prochain, il faudra bien faire attention à ne pas avoir la folie des grandeurs. Avec 66 voitures en piste, on n’était pas très loin d’une véritable boucherie sur le circuit. Seize neutralisations et un peu plus de cinq heures derrière la Safety Car… L’un des speakers, Vincent Franssen, parlant même des TOTALement neutralisées 24 Heures de Spa. Sûr qu’avec plus de septante autos en piste, cela aurait été encore pire ! En attendant, les GT3 sont de plus en plus fiables et on s’est régalé. Vivement 2013, où il faudra s’attendre à un véritable duel BMW vs Audi. Si Audi est déjà là « officiellement », on a pu remarquer pas mal de gens de chez BMW chez Vita4One et MarcVDS… Et si BMW venait de la même manière qu’Audi à partir de l’an prochain ?

15:23 Écrit par Blog-Endu dans Blancpain | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2012

Maxime Martin : "On a toutes les cartes en main"

ADAC GT Masters, Blancpain Endurance Series, 24H du Mans, VLN... La saison de Maxime Martin est relativement chargée cette année, et le succés est au rendez-vous ! Le fils du quadruple vainqueur des 24H de Spa fait le point sur sa première partie de saison, et aborde l'avenir...

Maxime, racontes-nous ta première partie de saison...
De manière générale, elle est très positive dans le sens où j'ai déjà gagné quatre courses, deux en Blancpain Endurance Series et deux en ADAC GT Masters. Je suis en tête du Blancpain avec Leinders et Paltalla et le team MarcVDS pour aborder les 24H de Spa ce qui est top pour cette course et le championnat. En ADAC GT, deux victoires avec Lunardi sur l'Alpina et on a repris la tête du championnat le week-end dernier au Nurburgring. Mais surtout, on a un gros handicap de poids avec 160 kg de lest, ce qui ne va pas nous aider pour le reste de la saison : 50kg pour les résultats, 50 kg avec la BOP et 60kg car nous sommes Gold et Platinum.
Le Mans c'est bien passé mais malheureusement on a eu quatre crevaisons de nuit alors qu'on été en tête du LMP2. C'est une déception parce qu'on pouvait viser la victoire. D'un autre côté, j'ai participé deux fois aux 24H du Mans et j'ai toujours terminé, 7ème en 2011 et 14ème cette année et 7ème LMP2, donc il y a du positif !
Pour le Ring, c'était ma première participation. On termine quatrième, ce qui est une belle performance car c'était la première participation également du team et de mes équipiers ! Et nous finissons premier team privé, premier team non germanique et premier BMW !

Avec tous ces résultats positifs, comment vois-tu l'avenir ?
Il y a différentes possibilités, soit un contrat d'usine "convenable" soit une suite avec MarcVDS. Je suis un peu lié par "âme" avec cette équipe, on a fait beaucoup l'un pour l'autre et donc je pense que je serais toujours avec eux. J'aimerais bien aussi faire un test en DTM ! Mais l'avenir est toujours difficile à prédire. Je fais comme je l'ai toujours fait, chaque chose en son temps et j'espère que ça m'amènera un peu plus haut.

Comment abordes-tu les 24 Heures de Spa ? N'y a-t' il pas une pression supplémentaire en arrivant en tête du championnat et face à l'armada Audi ?
Non justement ! On a une carte à jouer en étant en tête du championnat. Audi arrive avec 5 cinq voitures officielles, ça va être difficile mais il n'y a pas de raison pour que ça n'aille pas. Certes c'est une course de 24 Heures, mais on a toutes les cartes en main.

Avec autant de voitures en piste, l'expérience du Nurburgring devrait être utile, voire une avantage, non ?
C'est ce que l'on me dit souvent mais je ne pense pas car au Nurburgring il y a beaucoup de différences entre les voitures alors qu'à Spa ce ne sera que des GT3. Donc même vitesse en ligne droite, dans les courbes... La différence se fera vraiment au virage et à l'accélaration. Le trafic risque d'être justement plus difficile à Spa pour cette raison ! Ailleurs, il y a des voitures bien moins puissantes et donc plus faciles à doubler.

Tu es actuellement l'un des meilleurs spécialistes GT et tu as montré un trés bon niveau lors de tes deux participations au Mans en proto. Ta principale qualité semble être d'avoir une rapide adaptation, quelle que soit la voiture ou le circuit... Je me trompe ?
C'est ce que l'on me dit toujours ! Je mets peut-être un peu moins de temps que les autres à m'adapter. Mais j'ai toujours roulé dans beaucoup de voitures différentes, ça aide. Mon expérience générale me facilite à m'adapter à chaque voiture le plus rapidement possible

Comment sont les relations avec ton père ? Est-ce qu'il te donne souvent des conseils ou bien te laisse-t' il gérer toi-même ta carrière ?
Non, il me laisse gérer. Il m'a donné des conseils sur différents contrats au début mais aujourd'hui je m'en occupe moi-même.

Un grand merci à Maxime Martin pour sa sympathie et sa disponibilité, et en lui souhaitant le meilleur pour les 24 Heures de Spa la semaine prochaine !

19:22 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/07/2012

Andrea Barlesi : "C'était du sport"

Andrea Barlesi a fait son retour en endurance ce week-end au Castellet, sur la Ferrari de chez Vita4One Italy. Une 17ème place finale mais une belle performance individuelle lors de son relais...

Andrea, raconte nous ton relais...

On m'a appelé au tout dernier moment pour monter dans la voiture. J'étais dans la salle des écrans au dessus des stands, on m'a fait signe pour me préparer rapidement. Malheureusement, le changement de stratégie n'a pas été bon parce qu'on est rentré en même temps que le SC. Je suis sorti à la 37ème place, j'ai essayé d'être le plus rapide et plus régulier possible et ce qui a monté car je suis remonté à la 11ème place. Au changement de pilote, y a eu un soucis dans le branchement de la gourde. J'ai du rouler 70 minutes sans eau dans une voiture où il faisait à peu prés 60°... C'était du sport !

Je remercie vivement l'écurie Vita4One Italy de m'avoir permis de prendre part à la course du Castellet.

Justement, ce team est-il fort lié au Vita4One de Michael Bartels ?

Le Vita4One Italy est une émanation du Vita4One sous la direction de Matteo Bobbi qui remplit parfaitement sous rôle de Team Principal. On partage les mêmes infrastructures.

Penses-tu que cette performance va t'ouvrir des portes ?

Ca ne dépend que de moi. Je sais que des teams m'ont vu mais je ne suis pas dans la tête des gens, je ne sais pas ce qu'il s'y passe donc je ne peux rien dire.

Vas-tu faire les 24 Heures de Spa ?

C'est encore trop tôt pour le savoir même si on est à un mois de la course. Je suis en discussion pour la course...

Auras-tu un autre programme pour la fin de l'année ?

Pareil. C'est trop tôt pour le savoir, je regarde ce qu'il se passe du côté du GT et à l'étranger. Ce qui est sûr, c'est qu'on se concentre sur 2013 pour monter un programme solide.

Un grand merci à Andrea. En lui souhaitant le meilleur, lui qui a encore prouvé que l'on pouvait compter sur lui ce week-end !

12:02 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |