20/03/2012

12H Sebring : Analyse LMP1

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne s'est pas beaucoup régalé en LMP1. L'absence de Peugeot s'est faite ressentir, Audi n'ayant pas eu, visiblement, beaucoup de difficultés pour gagner cette 60ème édition. "Visiblement" car gagner Sebring n'est jamais facile : trafic important, circuit sinueux et technique... Pour ne rien arranger, les R18 ont une visibilité assez réduite. Ajoutez à cela un problème de sélection de vitesse sur la N°1, qui lui a fait perdre une dizaine de tours et le fait que la N°3 ait vite été privée de direction assistée (l'accrochage de Bernhard y est sans doute lié), et voila la preuve que la course d'Audi n'a pas été de tout repos. Seule la N°2 n'a eu aucun problème et la victoire des papys est est donc logique.

En essence, on a pu remarquer que les voitures sont un peu plus proches des diesels qu'auparavant. L'HPD du Muscle Milk était à 1.7sec aux qualifs et les autres étaient à peu prés à deux secondes en moyenne. Quand à la Pescarolo N°16, elle pointait à près de quatre secondes. Logique, elle était en configuration 2011 et n'est plus de toute fraîcheur... Cependant, sur un circuit comme Sebring, on pouvait toujours espérer une bataille Audi vs Essences se jouant dans le trafic. Surtout que les HPD et Oak-Pescarolo sont des protos ouverts, un atout dans un tel trafic ! Finalement les Audi se sont vite échapées et non laissé aucun espoir aux essences, si bien que l'on s'est retrouver comme d'habitude, avec une bataille pour l'honorifique première place essence. Trois voitures ont été directement concernées : l'HPD N°6 (Graf-Pagenaud-Luhr), la Lola Rebellion N°12 (Prost-Jani-Heidfeld) et la Oak-Pescarolo N°15 (Moreau-Kraihamer-Baguette). L'HPD N°22 de chez JRM (Brabham-Dumbreck-Chandhok) se situant en embuscade.

La première à craquer fut la Oak N°15 sur casse moteur. Si Moreau fut égal à lui même aprés avoir remonté tout le peloton, Baguette a réussi son entrée en matière en faisant un excellent triple relais et ramenant la voiture en 4ème place. Un peu plus difficile de juger Kraihamer qui fut victime d'une sortie de piste suite à un accrochage avec les deux Rebellion et qui était au volant lors de l'abandon. Cependant, pas de quoi douter du talent de l'autrichien. A un peu plus d'une heure de la fin, le podium semble se préciser pour l'HPD Muscle Milk. Surtout qu'à ce moment là, la Lola N°12 tombe en panne d'essence dans la ligne droite de retour à quelques centaines de mètres de la pitlane... Vous avez dit rageant ? On retiendra que Heidfeld semble ne pas avoir eu de difficultés à s'adapter à l'endurance. Finalement, durant la dernière heure, alors que Pagenaud était sur le point de prendre la 2ème place à Bernhard, suite à son accrochage, il s'arrête pour faire le plein et c'est là que l'on se rend compte que la cuve de la pompe à essence est vide ! Surprenant problème, qui entraîne l'abandon de la voiture.

Et bien finalement, larguée en perf pure, c'est la Pescarolo N°16 qui termine 3ème LMP1. Précisons LMP1 car la voiture termine 6ème dans la hiérarchie générale, derrière trois P2. Cela étant, Riton et sa bande occupent la tête du classement Teams LMP1, ce à quoi ne s'attendait pas du tout Henri en arrivant à Sebring !

Déception pour l'HPD du Strakka Racing, totalement anonyme ce week-end. Pareil pour la Lola-Mazda de chez Dyson et la Rebellion N°13.

21:11 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.