21/06/2012

LMP2 : Starworks fait le doublé !

La catégorie LMP2 aura été le théâtre d’une belle bataille, avec des positions qui ne cessaient d’évoluer au gré des ravitaillements. Starworks, TDS Racing, Pecom Racing, Oak Racing et Murphy Prototypes en auront été les principaux animateurs.

 

Commençons par le vainqueur, Starworks, qui réalise une sacrée saison ! Après la deuxième place aux 24 Heures de Daytona, la victoire LMP2 et la troisième place au général lors des 12 Heures de Sebring, voilà que le team américain vient de remporter Le Mans dès sa première participation ! Chapeau bas, il fallait le faire ! Dans les avant-postes lors du début de course, la voiture de Kimber-Smith – Potollichio-Dalziel n’a jamais fait d’erreurs et, en toute discrétion, a pris le commandement de la course durant la nuit pour ne plus le céder, en gardant une avance d’une bonne minute sur ses principaux concurrents… Avance qui augmenta encore un peu plus en fin de matinée. Copie parfaite donc pour cette équipe, dont Dalziel et Potollichio découvraient Le Mans et qui ont très bien vécu la pige de Sarrazin chez Toyota. Il est vrai qu’avec Kimber-Smith comme remplaçant, le team n’a que très peu perdu au change, d’autant plus que le britannique remporte la catégorie pour la deuxième année consécutive… Sa troisième victoire de catégorie au total.

 

Le TDS Racing by Thiriet découvrait aussi les 24 Heures. Pour se préparer au mieux, le team de Xavier Combet et Jacques Morello a engagé Christophe Tinseau. Galvanisé par sa victoire au Castellet, le team fût dans le coup durant la quasi-totalité de la course pour finalement échouer à la seconde place ! Le pilote qui s’est le plus distingué est sans nul doute Matthias Beche, le suisse ayant confirmé tout le bien que l’on pensait de lui.

 

Chez Pecom, confirmation de la belle prestation de 2011. Disposant alors d’une Lola-Judd, le team argentin occupait la quatrième place avant d’abandonner sur sortie de route durant la nuit. Cette année,  le team a changé de monture pour une Oreca-Nissan et s’est assuré les services de Soheil Ayari, qui en a assuré le développement. Le podium est amplement mérité et prouve la montée en puissance du team argentin.

 

Chez Oak Racing, la course aura débuté en fanfare avec un quintuple relais exceptionnel d’Olivier Pla ! Cette voiture pouvait légitimement prétendre à la victoire, mais le moteur Judd les a lâchés durant la nuit, récompensant mal ainsi les efforts d’Olivier Pla, Jacques Nicolet et Matthieu Lahaye, irréprochables, même si Nicolet souffre évidemment de la comparaison avec ses deux équipiers…

Dès lors, les espoirs du team reposaient sur la N°35 de Martin-Leinders – Heinnemier-Hansson qui était équipée d’un moteur Nissan !  Si Martin et Leinders étaient, comme attendu, très rapide, David Heinnemier-Hansson, le danois des USA, montrait une bonne vitesse de pointe en dépit de son statut de gentleman-driver ! Assurément une belle surprise de cette course. Malheureusement, une crevaison durant la nuit est venue mettre fin aux espoirs du clan Oak alors que la voiture occupait la tête. Elle termine à la 7ème place et peut nourrir quelques regrets.

 

Le Murphy Prototypes aura été un sérieux candidat à la victoire ! Il faut dire que l’équipage présentait bien des qualités, Warren Hughes et Jody Firth étant deux grands habitués alors que Brendon Hartley a fait preuve d’une belle faculté d’adaptation en étant rapidement dans le rythme. Finalement, une sortie de piste de ce dernier en fin de nuit entraînait l’abandon de la voiture. D’autant plus cruel que la sortie a eu lieu juste avant l’entrée de la pitlane et que le néo-zélandais a tout tenté pour pouvoir rentré aux stands, sans succés…

 

Côté déception, soulignons le team Signatech que l’on annonçait grand favori en début d’année. Privilégiant la préparation de la course durant les essais, le team de Philipe Sinault a bien failli pourtant réussir son coup ! Les deux voitures remontant sans sourciller dans la hiérarchie. Finalement, une sortie de piste d’Olivier Lombard dans la N°23 à Mulsanne vînt interrompre la remontée de cette voiture qui terminera 9ème. La N°26 était dans la même situation mais ici, ce sont des problèmes de fiabilité qui ont interrompu sa marche en avant, pour finalement passer le drapeau à damiers dans le Top 5 tout de même. Ajoutons que Nelson Panciatici a tout de même reçu le prix Jean Rondeau de meilleur rookie français !

 

Soulignons aussi la course totalement anonyme du Status GP, qui l’on attendait (à tort ?) à meilleure fête après sa belle performance lors de l’ELMS au Castellet. Déception aussi du Level 5 Motorsports qui a abandonné à cause d'une fuite d'huile...

21:00 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LMP1 Privés : Rebellion au-dessus du lot

Du côté des P1 privées il n’y a jamais vraiment eu de match. Le Rebellion Racing a fait la course « en tête » et a même réussi l’exploit de s’immiscer parmi les Audi en profitant des déboires de l’Ultra N°3 pour finir à la 4ème place et ainsi empêcher la marque aux anneaux de faire un quadruplé ! Neel Jani résistant d’une manière épique à l’Audi N°3 après la sortie de Géné. Loïc Duval a tenté de remonter mais le suisse tournait très rapidement, passant même sous la barre des 3:30 ! Si bien que, probablement pour assurer le résultat, Duval a renoncé à toute tentative de retour… La Lola-Toyota sauve donc un peu l’honneur de la firme japonaise avec la N°12 de Jani-Prost-Heidfeld qui a rendu une copie parfaite ! Grosse performance de cette voiture, ainsi que d’Heidfeld, bien dans le rythme. La Lola N°13 a, quant à elle, connu des soucis de fiabilité et a dû se contenter de la onzième place au général mais le rythme tenu par Belicchi-Primat-Bleekemolen était comparable à celui de leurs compagnons d’écurie. Ce team confirme son statut de nouveau maître des privés et ne souffre d’aucune contestation ! S’il se confirme que le programme de Toyota n’est que de trois ans, il faudrait conseiller aux japonais de confier une voiture à ce team, un peu à l’image d’Audi en 2004 et 2005.

 

Pour le Strakka Racing, il y a de quoi avoir des regrets ! Un problème à la boîte de vitesse surgissant juste avant le départ a contraint la voiture de rester dans son box durant la première demi-heure ! La voiture termine 8ème et 30ème au général mais quelle prestation de Jonny Kane et Danny Watts ! Toujours trés rapide, ce résultat ne reflète pas leur potentiel. Pourvu qu’Honda vienne officiellement afin que ces deux-là puissent bénéficier d’un statut de pilote officiel, car c’est tout ce qu’ils méritent. Nick Leventis fait énormément d’efforts pour essayer de se rapprocher de leur niveau, mais il a bien du mal… Peut-on lui en vouloir ? Ses deux équipiers font figure d’extraterrestres !

 

Le JRM a découvert Le Mans assez prudemment, et termine à une sixième place assez encourageante pour la suite. Course sage pour ce team, qui peut bénéficier de la présence de David Brabham, vainqueur en 2009. Le JRM continue son apprentissage du LMP1 et commence à dévoiler, petit à petit, son beau potentiel. A surveiller…

 

Pour finir, quelle désillusion chez les teams locaux, Oak Racing et Pescarolo Team. La Oak-Pescarolo a été un cran en-dessous tout au long de la semaine avant d’être contrainte à l’abandon, sur problème moteur. Un résultat qui récompense très mal la très belle prestation des trois pilotes, Bertrand Baguette, Dominik Kraihamer et Franck Montagny… Baguette a été très bon pour ses premiers pas manceaux, Kraihamer semble retrouver sa vista de l’an dernier, et Montagny s’en est bien sorti pour un pilote qui découvrait tout. Rappelons qu’il remplaçait Guillaume Moreau, blessé lors de la Journée Test. Quant au Pescarolo Team, la P03 dû démarrer des stands avec une dérogation pour avoir utilisé un troisième moteur. Petit exploit des mécanos d’avoir pu remettre la voiture en état avant, mais ils n’ont pas été récompensés de leurs efforts, la voiture abandonnant suite à d’innombrables soucis de jeunesse après 4H30 de course seulement… La Dome aussi aura eu son lot de soucis et à vite fini par sombrer dans le classement. Sa prestation nocturne fût tout de même la preuve que le châssis est toujours efficace, car la voiture était dans les temps des Rebellion. Finalement, des soucis moteurs ont immobilisé la voiture au stand lors des dernières heures. Henri Pescarolo décidant de la faire repartir pour le dernier tour, pour l’honneur du team et pour remercier les mécaniciens qui ont eu énormément de boulot durant toute la semaine. Visiblement découragé par les piètres performances en plus des soucis judiciaires des dernières semaines, Henri Pescarolo semble se poser des questions pour l’avenir… Si acheter une HPD ou une Lola était peut-être mieux à faire que de construire une nouvelle voiture, vu la fragilité financière du team, il faut espérer qu’Henri reste en endurance. La catégorie LMP1    est actuellement trop fragile pour perdre un tel concurrent…

20:57 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2012

Le Mans : Avertissement sans frais pour Audi !

On était loin de l'excitation de 2011 bien sûr, en LMP1, mais toujours est-il que la course n'a pas été sans intérêt dans la catégorie reine.

Evidemment parlons du duel Audi-Toyota, finalement assez intéressant à plus d'un titre. Au début de course les Audi s'emparaient de la tête et se constituaient une marge d'une minute par rapport aux Toyota. Les TS030 sont remontés en puissance au point que Lapierre et Tréluyer se sont arrachés la première place peu avant 20H. Un splendide mano à mano qui nous replongeait dans l'excitation de 2011... Sauf qu'immédiatement aprés, Anthony Davidson était victime d'un violent crash, qui nous replongeait dans l'enfer de 2011... Touché à l'arrière gauche par une 458 Italia, la Toyota partait en tête à queue avant de s'envoler et d'effectuer un looping puis de retomber sur ses roues et percutant le mur violemment ! Anthony s'en tire avec deux vertères fracturées ! Je reviendrais plus en longueur plus tard sur cet accident... Aprés le Safety Car d'une heure, Nakajima s'accrochait avec la Deltawing et endommageait l'arrière droit. Peu aprés la réparation, la voiture devait revenir aux stands avec, cette fois, un problème d'alternateur et finalement abandonner sur casse moteur durant la nuit.

Les Toyota ont donc surpris ! Une fois dans le rythme, elles ont même semblés un poil meilleure que les Audi ! Les pilotes ont fait un trés bon boulot, surtout Sébastien Buemi, de suite dans le rythme, le suisse est une des révelations de l'épreuve assurèment ! Dés quelle sera fiable, la TS030 Hybrid sera un cauchemar pour les Audi... On a trouvé la tueuse de diesel et nul doute que l'édition 2013 sera dans la lignée de 2008 ou 2011.

Chez Audi, la course n'a pas été un long fleuve tranquille, loin de là ! Déjà, Romain Dumas sortait à la première chicane en début de soirée et endommageait l'avant de la voiture. Image forte de voir l'Alésien sortir arracher les débris de sa voiture avant de repartir et de laisser là ses espoirs de victoire... Aprés ça la voiture a tourné comme une horloge hormis une touchette avec une Corvette de Dumas pendant la nuit. Mais l'on retiendra surtout le relais exceptionnel de Loïc Duval au petit matin, tournant en moyenne dans les 3:25, 3:26 même si c'est finalement Dumas qui sera auteur du meilleur tour en course. Finalement, en début d'aprés-midi, Géné sortira exactement au même endroit que Dumas et avec presque les mêmes dégâts à peu de chose prés... Cette fois, une flaque d'huile était en cause. Il faut croire que l'Audi N°3 est maudite avec un abandon en 2007, une cascade de problème en 2009 et l'accident de McNish l'an passé...

Si l'Ultra N°4 aura été légèrement en retrait tout au long de la course, avec des petits problèmes électriques en fin de matinée, les deux E-Tron Quattro ont pu s'expliquer à la régulière. Le Dr. Ullrich ne donnant aucune consignes d'équipes ! Surprenant, vu l'enjeu, mais trés sport. Cependant c'est plus à un duel à distance auquel on a eu droit. Fässler tentant de faire l'extérieur à Kristensen qui sortait des stands, mais tirant tout droit à la chicane Forza Motorsport. Et dans ce duel, trois hommes se sont montrés trés fort : André Lotterer, Benoit Tréluyer et Tom Kristensen ! André Lotterer et Tom Kristensen ont été vite tout le temps et sans faire la moindre erreur. Quand à Tréluyer, il été malade, ce qui explique son premier relais où il semblait en retrait, et a pu se reposer 16H. Suffisant pour attaquer le dimanche matin mais trop en faisant un tête à queue à l'entrée des stands. Dans ce groupe, on aurait pu citer McNish, toujours aussi rapide mais qui est arrivé trop vite sur une Ferrari Luxury (décidemment...) et a tapé le mur au virage Porsche et perdant ainsi tout espoir de victoire ! L'italien Capello aurait aimé finir sur une victoire. Il a bien tenu son rang, alignant de bons tours chronos mais en étant légèrement en dessous de Lotterer. Mais tout de même, à son âge, chapeau bas ! Pour finir, comme l'an dernier, Fässler a paru fébrile et pas assez tranchant... Craquerait-t-il sous la pression des grands évènements ? Car le suisse a bien prouvé plus d'une fois sa pointe de vitesse dans la R18 !

Lotterer-Fässler-Tréluyer gardent donc leur titre. Mérité car c'est cette voiture qui a passé le plus de temps en tête et André Lotterer est assurément l'homme fort de cette course. Victoire historique d'une voiture hybride au Mans, et la première grande victoire internationale de cette motorisation, qui a fait preuve d'une fiabilité exemplaire ! Assurèment l'avenir du Mans est dans les nouvelles technologies, et cette victoire en est un premier pas. Vivement 2013 avec des Toyota aussi fiables, car performantes elles le sont déjà !

12:13 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

14/06/2012

Le Mans : Premières impressions

Hier, six heures d'essais étaient prévues au total. Quatre d'essais libres et deux pour la première séance qualif. De quoi se faire une petite idée du potentiel exact des uns et des autres. Même si la hiérarchie de la Journée Test semble plus ou moins bien respectée !

Commençons par le LMP1 où, sans surprise, Audi a réalisé les deux meilleurs temps des séances avec, à chaque fois, André Lotterer qui a amélioré la pole de l'an dernier lors de la première séance libre. Chez Audi, on a travaillé pour la course, avec à peu prés 50 tours parcourus pour chaque voiture sans le moindre soucis. De soucis, il en était déjà question chez Toyota ! Lors de la première séance, le moteur de la N°8 (Buemi-Davidson-Sarrazin) cassait et la TS 030 passait le reste de la séance au garage ! Quand on sait que l'on a droit à deux moteurs seulement, il faut espérer que rien de fâcheux n'arrivera aujourd'hui à cette voiture sous peine de ne pas pouvoir prendre le départ ! Quand à la N°7 (Lapierre-Nakajima-Wurz), elle a assidûment roulé avec un nombre de tours parcourus similaire à celui des Audi. Niveau chrono, la Toyota concède un peu plus d'un seconde... Encourageant pour l'avenir !

Chez les privés, le Strakka Racing a fait forte impression. Les chronos se sont rapprochés des usines par rapport à la Journée Test et la première tendance augure une belle bagarre à quatre entre l'HPD du Strakka Racing, les Lola Rebellion et la Dome du Pescarolo Team. Le JRM et le Oak Racing sont en retrait en perf pure, mais il semble évident que l'on travaillait pour la course sans trop se soucier du chrono. La Pescarolo 03, quand à elle, a eu un accident lors de la séance libre à la chicane Michelin, causant une grosse frayeur parmi les commissaires. L'avant était fort endommager et la travail de manque pas pour les mécaniciens. Voila de quoi compliquer encore un peu plus la préparation de cette voiture !

Côté LMP2, autant vous le dire, la course va être intéressante et probablement peu évidente à suivre tellement ça risque de batailler ferme ! Les treize premiers se tiennent en trois secondes... Sachant qu'il y a vingt concurrents et que tous ne cherchaient pas forcément un chrono, cela représente bien le niveau ! Six package châssis-moteur différents dans les dix premières places ! Avantage du nombre aux Oreca-Nissan, avec deux voitures en haut de la feuille de temps, avec le TDS Racing by Thiriet devant le Murphy Prototypes ! Mais la concurrence est là...

En GTE-Pro, les quatre constructeurs semblent se tenir dans un mouchoir de poche, avec un avantage pour Corvette et Ferrari. Mais la N°51 de Bruni-Fisichella-Vilander a fait une sortie de piste en séance libre. Le châssis étant endommagé, Michelotto en a renvoyé un nouveau au Mans mais il semble compliqué de voir la N°51 prendre la piste ce soir ! Aston Martin et Porsche se tiennent en embuscade. Côté GTE-Am, Patrick Pilet a été à la fête avec le meilleur temps provisoire des qualifications et notons aussi la bonne forme de l'Aston Martin V8 Vantage également dans cette catégorie.

Quand à la DeltaWing, elle a fait un tour en 3:42 et donc se situe au milieu des LMP2. Encourageant mais il faut remarquer qu'elle a passé peu de temps en piste.

Sinon, la conférence de presse a eu lieu aujourd'hui et les grandes lignes du règlement 2014 ont été dévoilées. Aveu de faiblesse, je n'ai pas une assez grande connaissance technique pour pouvoir vous l'expliquer alors je vous invite à lire les différents articles sur les sites spécialisés comme Endurance-Info afin que vous puissiez en faire votre propre jugement... Malgré tout, on semble aller dans la bonne direction !

14:27 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2012

Le Mans : C'est parti !

Le pesage a débuté il y a un peu plus d'une heure au Mans. C'est donc parti pour cette folle semaine !

Sur le blog, soyez au rendez-vous jeudi et vendredi en début d'aprés-midi pour les analyses des séances d'essais et bien entendu dimanche soir voire lundi pour l'analyse de la course. Les grandes lignes du nouveau règlement devraient être connues cette semaine, donc soyez attentif à cela aussi.

Bonne semaine à tous ceux qui auront la chance d'être sur place... Un conseil, préparez les parapluies !

15:57 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |