20/03/2012

12H Sebring : Analyse LMP1

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne s'est pas beaucoup régalé en LMP1. L'absence de Peugeot s'est faite ressentir, Audi n'ayant pas eu, visiblement, beaucoup de difficultés pour gagner cette 60ème édition. "Visiblement" car gagner Sebring n'est jamais facile : trafic important, circuit sinueux et technique... Pour ne rien arranger, les R18 ont une visibilité assez réduite. Ajoutez à cela un problème de sélection de vitesse sur la N°1, qui lui a fait perdre une dizaine de tours et le fait que la N°3 ait vite été privée de direction assistée (l'accrochage de Bernhard y est sans doute lié), et voila la preuve que la course d'Audi n'a pas été de tout repos. Seule la N°2 n'a eu aucun problème et la victoire des papys est est donc logique.

En essence, on a pu remarquer que les voitures sont un peu plus proches des diesels qu'auparavant. L'HPD du Muscle Milk était à 1.7sec aux qualifs et les autres étaient à peu prés à deux secondes en moyenne. Quand à la Pescarolo N°16, elle pointait à près de quatre secondes. Logique, elle était en configuration 2011 et n'est plus de toute fraîcheur... Cependant, sur un circuit comme Sebring, on pouvait toujours espérer une bataille Audi vs Essences se jouant dans le trafic. Surtout que les HPD et Oak-Pescarolo sont des protos ouverts, un atout dans un tel trafic ! Finalement les Audi se sont vite échapées et non laissé aucun espoir aux essences, si bien que l'on s'est retrouver comme d'habitude, avec une bataille pour l'honorifique première place essence. Trois voitures ont été directement concernées : l'HPD N°6 (Graf-Pagenaud-Luhr), la Lola Rebellion N°12 (Prost-Jani-Heidfeld) et la Oak-Pescarolo N°15 (Moreau-Kraihamer-Baguette). L'HPD N°22 de chez JRM (Brabham-Dumbreck-Chandhok) se situant en embuscade.

La première à craquer fut la Oak N°15 sur casse moteur. Si Moreau fut égal à lui même aprés avoir remonté tout le peloton, Baguette a réussi son entrée en matière en faisant un excellent triple relais et ramenant la voiture en 4ème place. Un peu plus difficile de juger Kraihamer qui fut victime d'une sortie de piste suite à un accrochage avec les deux Rebellion et qui était au volant lors de l'abandon. Cependant, pas de quoi douter du talent de l'autrichien. A un peu plus d'une heure de la fin, le podium semble se préciser pour l'HPD Muscle Milk. Surtout qu'à ce moment là, la Lola N°12 tombe en panne d'essence dans la ligne droite de retour à quelques centaines de mètres de la pitlane... Vous avez dit rageant ? On retiendra que Heidfeld semble ne pas avoir eu de difficultés à s'adapter à l'endurance. Finalement, durant la dernière heure, alors que Pagenaud était sur le point de prendre la 2ème place à Bernhard, suite à son accrochage, il s'arrête pour faire le plein et c'est là que l'on se rend compte que la cuve de la pompe à essence est vide ! Surprenant problème, qui entraîne l'abandon de la voiture.

Et bien finalement, larguée en perf pure, c'est la Pescarolo N°16 qui termine 3ème LMP1. Précisons LMP1 car la voiture termine 6ème dans la hiérarchie générale, derrière trois P2. Cela étant, Riton et sa bande occupent la tête du classement Teams LMP1, ce à quoi ne s'attendait pas du tout Henri en arrivant à Sebring !

Déception pour l'HPD du Strakka Racing, totalement anonyme ce week-end. Pareil pour la Lola-Mazda de chez Dyson et la Rebellion N°13.

21:11 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12H Sebring : Analyse LMP2

En LMP2 aussi la lutte aura été belle ! Déjà aprés les qualifs, on se doutait que le spectacle allait être au rendez-vous et on a pas été déçu ! On a même eu droit à une petite surprise avec la victoire de l'HPD de chez Starworks ! Ce team disputait sa première course en LMP2. Si la vitesse de pointe de Sarrazin et de Dalziel n'est plus à démontrer, on pouvait se demander ce qu'il en serait de Potolicchio, déjà vu en Grand-Am et qui n'avait pas été trés performant lors des dernières 24H de Daytona. Mais il a été à la hauteur et à su ramener à chaque fois la voiture intacte et dans le coup. Il faut croire qu'il sait mieux y faire avec une P2 qu'un DP ! Ce team pourrait bien nous suprendre encore durant le reste de la saison, d'autant plus qu'il termine à la 3ème place au classement général. A l'instar d'Audi en P1, HPD fait le doublé en P2 grâce à la seconde place du team Level 5 avec la N°055 de Tucker-Barbosa-Bouchut, qui termine 1ère ALMS. Trés bon résultat donc pour cette voiture qui avait fini sa qualification dans le mur du Turn 1 la veille.

Le Oak Racing reprend ses bonnes vieilles habitudes de monter sur le podium. La Morgan de Lahaye-Pla-Nicolet termine à la 3ème place. Olivier Pla avait été excellent en qualif en réalisant la pole dans son seul tour lancé ! La voiture, créée par la branche constructeur du team Oak (Onroak) et baptisée Morgan suite à un partenariat avec le constructeur britannique est bien née et permet au team manceau de retrouver son niveau de 2010.

Le Pecom Racing a gardé le moteur Nissan mais est passé au châssis Oreca et Ayari remplace Russo. Des changements bénéfiques car ils permettent au team de terminer 4ème, et 3ème WEC. Roulant également avec ce même package, Signatech faisait figure de favori. Présent aux avants-postes au début de course, le team a manqué de chance. Lombard sortant de la piste aprés avoir glissé, la voiture était en état de repartir sauf que Jaime Melo se faisait également pièger et venait percuter Lombard, entraînant l'abandon des deux voitures. La performance est toujours bien là, et Signatech aura à coeur de briller le restant de la saison.

Notons la 5ème place du Greaves Motorsport avec un équipage totalement issu de la Formula Le Mans, Zugel-Gonzalez-Julian et la 6ème du nouveau venu ADR-Delta, qui n'a pas été ridicule pour une première !

Côté déception, on peut surtout citer les Lola du Gulf Racing. Le team n'ayant su faire aucune vraie séance d'essais avant de partir pour Sebring et ayant tout à découvrir à donc eu des difficultés logiques mais que penser de l'interdiction de départ de la voiture de Fatien-Ihara-Deletraz ? La cause officiele est que les pilotes n'étaient pas assez rapide... On peut y voir là une conséquence du passage au label FIA. Cela va dans le bon sens car si l'endurance a besoin de gentlemen-driver, il ne faut pas non plus qu'ils soient de véritables chicanes mobiles ! Le Mans à laissé des traces...

20:37 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

12H Sebring : Analyse GT

C'est la catégorie qui aura été le plus disputée, comme d'habitude ! C'était aussi le plus plateau de l'année, sachant que BMW ne sera pas présent au Mans... Au vu du spectacle offert, on ne peut que le regretter !

Les Ferrari auront eu beaucoup de difficultés ! Aprés la pole de Bruni sur la N°51 de AF Corse devant Melo aux qualifs et la pole de Farnbacher en GT-Am, tout deux chez Luxury, on s'attendait à mieux des italiennes. Sauf que Farnbacher stoppait dés la fin du tour du chauffe aprés un accrochage avec la Porsche N°45 de Bergmesteir alors que Bruni sur la N°51 devait passer par le paddock quelques tours plus tard pour de longues minutes. Deux favoris du GT-Pro et un du GT-Am en moins aprés une dizaine de minutes ! Finalement, la N°71 de Beretta-Cioci-Bertolini sauvera l'honneur avec une troisième place, et premier des concurrents WEC. Et contrairement à ce que l'on a tous cru, ce n'est pas Beretta qui se bagarrait avec Hand lors du dernier tour, mais Gianmaria Bruni ! Qui a eu droit à une forte amende aprés son contact avec la BMW... Logique ! Justement, c'est BMW qui l'emporte avec Hand-Summerton-D.Müller devant la Corvette de Magnussen-Garcia-Taylor. Belle prestation des nouveaux Summerton chez BMW et Taylor chez Corvette. Summerton avait été vu en A1 GP et était sur les rangs de Cypher Group lorsque ceux-ci étudiaient la possibilité d'aller en F1. Quand à Jordan Taylor, il est le fils de Wayne Taylor, vainqueur des 24H de Daytona et patron du SunTrust Racing en Grand-Am, il a fini vice-champion de la catégorie GT Grand-Am sur une Camaro l'an dernier. L'affrontement entre ces deux marques risque d'être grandiose sur toute la saison ALMS ! Avec probablement la Porsche du Flying Lizard en arbitre... Quel dommage que le Risi Competizione soit absent. D'autant que la prestation de ce week-end d'Extreme Speed n'était pas exceptionnelle. Espérons du mieux pour le reste de la saison. Pour en revenir au duel Corvette-BMW, la C6 N°4 termine 4ème et la N°155, juste derrière ! Les Corvette, qui étaient un peu juste l'an dernier, semblent vraiment être au même niveau que les BMW. Notons aussi que les C6.R de l'équipe Larbre terminent 2ème et 3ème du GT-Am.

Parlons de la prestation de Porsche. Si l'âge de la voiture se fait bien sur sentir, on a pu voir que la situation est meilleure que l'an passé. Certes la meilleure, la N°77 de Lieb-Lietz-Pilet termine 6ème, 2ème WEC, mais on a senti du mieux. Il vaut mieux ne pas les enterrer trop vite ! Surtout que l'on a pas pu juger celle du Flying Lizard, éliminée de la course à la victoire avant même le premier tour ! Porsche remporte la catégorie GT-Am avec la N°88 de Roda-Ried-Ruberti.

Aston Martin a plutôt réussi son retour officiel en GT. Du moins, Sebring a permi d'être rassuré quant au niveau de compétitivité de la Vantage car la réussite n'a pas été au rendez-vous avec la perte de la roue lorsque Turner était au volant et qui a coûté beaucoup de temps et à donc empêcher la voiture d'être bien classée à l'arrivée. Le plus important est que Aston a donc réussi à faire, cet hiver, de la Vantage une voiture capable de jouer aux avants-postes, tant mieux pour la diversité.

19:48 Écrit par Blog-Endu dans WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |