19/07/2012

Maxime Martin : "On a toutes les cartes en main"

ADAC GT Masters, Blancpain Endurance Series, 24H du Mans, VLN... La saison de Maxime Martin est relativement chargée cette année, et le succés est au rendez-vous ! Le fils du quadruple vainqueur des 24H de Spa fait le point sur sa première partie de saison, et aborde l'avenir...

Maxime, racontes-nous ta première partie de saison...
De manière générale, elle est très positive dans le sens où j'ai déjà gagné quatre courses, deux en Blancpain Endurance Series et deux en ADAC GT Masters. Je suis en tête du Blancpain avec Leinders et Paltalla et le team MarcVDS pour aborder les 24H de Spa ce qui est top pour cette course et le championnat. En ADAC GT, deux victoires avec Lunardi sur l'Alpina et on a repris la tête du championnat le week-end dernier au Nurburgring. Mais surtout, on a un gros handicap de poids avec 160 kg de lest, ce qui ne va pas nous aider pour le reste de la saison : 50kg pour les résultats, 50 kg avec la BOP et 60kg car nous sommes Gold et Platinum.
Le Mans c'est bien passé mais malheureusement on a eu quatre crevaisons de nuit alors qu'on été en tête du LMP2. C'est une déception parce qu'on pouvait viser la victoire. D'un autre côté, j'ai participé deux fois aux 24H du Mans et j'ai toujours terminé, 7ème en 2011 et 14ème cette année et 7ème LMP2, donc il y a du positif !
Pour le Ring, c'était ma première participation. On termine quatrième, ce qui est une belle performance car c'était la première participation également du team et de mes équipiers ! Et nous finissons premier team privé, premier team non germanique et premier BMW !

Avec tous ces résultats positifs, comment vois-tu l'avenir ?
Il y a différentes possibilités, soit un contrat d'usine "convenable" soit une suite avec MarcVDS. Je suis un peu lié par "âme" avec cette équipe, on a fait beaucoup l'un pour l'autre et donc je pense que je serais toujours avec eux. J'aimerais bien aussi faire un test en DTM ! Mais l'avenir est toujours difficile à prédire. Je fais comme je l'ai toujours fait, chaque chose en son temps et j'espère que ça m'amènera un peu plus haut.

Comment abordes-tu les 24 Heures de Spa ? N'y a-t' il pas une pression supplémentaire en arrivant en tête du championnat et face à l'armada Audi ?
Non justement ! On a une carte à jouer en étant en tête du championnat. Audi arrive avec 5 cinq voitures officielles, ça va être difficile mais il n'y a pas de raison pour que ça n'aille pas. Certes c'est une course de 24 Heures, mais on a toutes les cartes en main.

Avec autant de voitures en piste, l'expérience du Nurburgring devrait être utile, voire une avantage, non ?
C'est ce que l'on me dit souvent mais je ne pense pas car au Nurburgring il y a beaucoup de différences entre les voitures alors qu'à Spa ce ne sera que des GT3. Donc même vitesse en ligne droite, dans les courbes... La différence se fera vraiment au virage et à l'accélaration. Le trafic risque d'être justement plus difficile à Spa pour cette raison ! Ailleurs, il y a des voitures bien moins puissantes et donc plus faciles à doubler.

Tu es actuellement l'un des meilleurs spécialistes GT et tu as montré un trés bon niveau lors de tes deux participations au Mans en proto. Ta principale qualité semble être d'avoir une rapide adaptation, quelle que soit la voiture ou le circuit... Je me trompe ?
C'est ce que l'on me dit toujours ! Je mets peut-être un peu moins de temps que les autres à m'adapter. Mais j'ai toujours roulé dans beaucoup de voitures différentes, ça aide. Mon expérience générale me facilite à m'adapter à chaque voiture le plus rapidement possible

Comment sont les relations avec ton père ? Est-ce qu'il te donne souvent des conseils ou bien te laisse-t' il gérer toi-même ta carrière ?
Non, il me laisse gérer. Il m'a donné des conseils sur différents contrats au début mais aujourd'hui je m'en occupe moi-même.

Un grand merci à Maxime Martin pour sa sympathie et sa disponibilité, et en lui souhaitant le meilleur pour les 24 Heures de Spa la semaine prochaine !

19:22 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/07/2012

Andrea Barlesi : "C'était du sport"

Andrea Barlesi a fait son retour en endurance ce week-end au Castellet, sur la Ferrari de chez Vita4One Italy. Une 17ème place finale mais une belle performance individuelle lors de son relais...

Andrea, raconte nous ton relais...

On m'a appelé au tout dernier moment pour monter dans la voiture. J'étais dans la salle des écrans au dessus des stands, on m'a fait signe pour me préparer rapidement. Malheureusement, le changement de stratégie n'a pas été bon parce qu'on est rentré en même temps que le SC. Je suis sorti à la 37ème place, j'ai essayé d'être le plus rapide et plus régulier possible et ce qui a monté car je suis remonté à la 11ème place. Au changement de pilote, y a eu un soucis dans le branchement de la gourde. J'ai du rouler 70 minutes sans eau dans une voiture où il faisait à peu prés 60°... C'était du sport !

Je remercie vivement l'écurie Vita4One Italy de m'avoir permis de prendre part à la course du Castellet.

Justement, ce team est-il fort lié au Vita4One de Michael Bartels ?

Le Vita4One Italy est une émanation du Vita4One sous la direction de Matteo Bobbi qui remplit parfaitement sous rôle de Team Principal. On partage les mêmes infrastructures.

Penses-tu que cette performance va t'ouvrir des portes ?

Ca ne dépend que de moi. Je sais que des teams m'ont vu mais je ne suis pas dans la tête des gens, je ne sais pas ce qu'il s'y passe donc je ne peux rien dire.

Vas-tu faire les 24 Heures de Spa ?

C'est encore trop tôt pour le savoir même si on est à un mois de la course. Je suis en discussion pour la course...

Auras-tu un autre programme pour la fin de l'année ?

Pareil. C'est trop tôt pour le savoir, je regarde ce qu'il se passe du côté du GT et à l'étranger. Ce qui est sûr, c'est qu'on se concentre sur 2013 pour monter un programme solide.

Un grand merci à Andrea. En lui souhaitant le meilleur, lui qui a encore prouvé que l'on pouvait compter sur lui ce week-end !

12:02 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2012

Romain Dumas : "C'est un rêve pour moi..."

Tout d'abord, quel regard portez-vous sur vos 24H du Mans ?

Déçu...On etait trés bien en perforance pure, l'ambiance dans notre équipe était trés bonne, mais je fais une erreur au début puis Marc le dimanche matin; ma première sortie au Mans en course depuis 12 ans... Mais au mauvais moment.

Etait-ce votre dernière course pour Audi ?

Normalement, oui. En tous cas c'était l'idée en début d'année; Sebring, Spa, Le Mans.

Que retenez-vous de la prestation des Toyota ?

Très bien, très rapide, discret mais efficace. Je les voyais même en pole... Par contre leur vitesse en course m'a surpris.

Aprés les accidents de Rockenfeller et McNish l'an dernier, et celui de Davidson cette année, que pensez-vous que l'on puisse faire pour diminuer les risques au maximum ?

Ce sujet est tellement délicat que je préfère m'exprimer qu'à demi mots car c'est la troisième fois qu'on évite un drame... Peut-être doit-on attendre celui-ci pour que les choses changent??? En tous les cas c'est inacceptable de ne rien changer depuis plus d'un an et il faut comprendre que l'endurance des années 2000 est révolue. Maintenant c'est un sprint et l'amateur n'a plus sa place... Même si ca dérange certains ,ce sont toujours les mêmes qui causent les problèmes.
 
Quel est votre programme pour le reste de la saison ?
 
Pikes Peak, puis VLN, Petit Le Mans, et quelques rallyes.
 
Que pensez-vous du règlement 2014 ?
 
C'est bien de faire évoluer les voitures. Surtout sur la consomation car tôt ou tard on l'exploitera sur les voitures de tous les jours.
 
Justement, savez-vous déjà si vous serait dans le programme Porsche et pensez-vous qu'il y aura un affrontement Audi-Porsche ?
 
Moi chez Porsche... Why not? :-) Je na sais pas encore mais c'est un rêve pour moi.
Affrontement ? Je ne sais pas et je pense que sur cette planète, très peux de gens ont la réponse !
 
Pour terminer, comment voyez-vous l'avenir de l'endurance ?
 
Bien d'ici l'année prochaine avec deux constructeurs, faut de la bataille !
 
Un grand merci à Romain Dumas pour avoir pris le temps de répondre aux questions, et bonne chance pour Pikes Peak !

12:05 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2012

Jordan Tresson : "Je sais que c'est possible"

Tout d'abord, tes impressions sur le pilotage d'une LMP2 ?

C'est trés rapide. C'est assez impressionant au début, mais je m'y suis rapidement adapté. Le plus incroyable au début, c'est l'aéro et les freins carbone. J'étais assez dépaysé, venant du GT4. Il faut comprendre comment sa marche.

Est-ce que ça été un plus d'avoir fait des tests en F4 ?

La F4 a pas mal aidé. Déjà ca permet de s'habituer à une voiture qui est beaucoup plus légère qu'une GT et qui a un peu d'aéro. Ce qui apporte beaucoup, c'est le ressenti de la voiture. C'est comme un gros karting, et ca permet de prendre confiance au pilotage, ca se contrôle assez bien. Ca permet de bien s'habituer à freiner jusqu'au point de corde puis remettre de suite les gaz. Tout le contraire d'une GT.

Sebring ne s'est pas déroulé comme prévu, dans quel état d'esprit abordes-tu la tournée européenne ?

C'est pas l'idéal de commencer le championnat avec zéro points au compteur. Forcément, on veut gagner à Spa et au Mans et même tout le reste ! On va faire de notre mieux, on va continuer à travailler et on verra bien où on en sera.

On parle d'une mixité WEC-ELMS pour Spa et Silverstone. Ton point de vue sur le sujet ?

Plus il y a de voitures en piste, mieux c'est. C'est plus sympa quand on est dans la voiture et aussi pour les spectateurs. Le problème c'est pour la compréhension, la clarté de la course. C'est un gros soucis, on l'a bien vu à Sebring avec le mix WEC-ALMS. Mais d'un point de vue personnel, je trouve qu'avoir 40 voitures du WEC plus 20 de l'ELMS, c'est assez sympa.

Tu est le successeur de Lucas Ordonez, qui en a surpris plus d'un l'an passé. Sa réussite ne te met-elle pas une pression supplémentaire ?

Non. Ce n'est pas de la pression, mais au moins je sais que c'est possible. Je ne suis pas quelqu'un qui se met la pression, en général. Je me dis que s'il l'a fait, je peux le faire.

Toi, Ordonez ou encore Michelisz font partie de cette génération de pilotes venant des jeux vidéos. Quelles sont les principales difficultés du passage du virtuel au réel ?

La principale, c'est que dans un jeu vidéo, il n'y a que l'image qui bouge alors que dans la réalité, on bouge avec la voiture. On ressent ses sensations, on la sent réagir. Dans un jeu vidéo, si tu sors tu peux recommencer. C'est beaucoup moins évident en réalité.

17:36 Écrit par Blog-Endu dans Interview, WEC | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/03/2012

Andrea Barlesi : "Je suis à un tournant de ma carrière"

Champion Formula Le Mans 2010, Andrea Barlesi est un jeune italo-belge prometteur. Alors que sa route se tracait en endurance, il a tenté le pari du WTCC cette année pour poursuivre sa carrière. Pas la pire des solutions...

Andrea, on t'attendait de retour en LMP2 et finalement, te voila en WTCC. Comment cela s'est-il déroulé ?

"On m'attendait en P2 oui, car c'était la suite logique de la saison 2011. Malheureusement, aucune proposition ne me permettait de pouvoir jouer aux avants-postes de la catégorie. Donc j'ai choisi le tourisme car c'est une discipline trés belle, sympathique, qui a autant autant de magie que l'endurance. C'est tout aussi féerique. J'ai choisi cette opportunité car c'est une discipline qui nous permet de vivre trés vite du sport auto. Et les constructeurs reviennent en masse, donc c'est intéressant pour moi d'être sur leur "shopping list"."

Pour quel constructeur rêves-tu de piloter ?

"Je n'ais pas de préférence particulière pour ceux en WTCC, car ils sont tous aussi professionnels et ont une belle image dans le sport auto"

Quel bilan tires-tu de ton premier meeting à Monza ?

"Un bilan assez positif dans son ensemble. J'ai tout découvert à Monza, le championnat, la voiture, les pneus, mes rivaux... J'ai su m'acclimater assez vite pour pouvoir jouer avec les habitués du championnat. C'est un enseignement qui montre que c'est un championnat assez professionnel. Les pilotes sont tous sympas, il y a une bonne ambiance meme si c'est la guerre sur la piste. Et j'ai été assez bien accueilli par les anciens du championnats, comme Tarquini,  Muller, Coronel et mon équipier Monteiro."

Est-ce que tu as définitivement tourné le dos à l'endurance ?

"On va dire qu'aujourd'hui je suis à un tournant de ma carrière. Je suis trés jeune (20 ans). L'endurance me plaît toujours autant. Je vais essayer de faire les 24H du Mans et de Spa. Donc non, je n'ai pas tourné le dos à l'endurance."

Justement, en parlant des 24H de Spa. Peux-tu comparer la Lamborghini Gallardo avec laquelle tu as roulé en Blancpain l'an passé à ta Seat Leon de cette année ?

"Ce sont deux voitures qui n'ont rien à voir. Le GT3 est une catégorie où l'auto est trés assistée (antipatinage, ABS,...). Elle a été étudiée pour pouvoir accueillir des gentlemens-drivers. Alors qu'une voiture de WTCC est beaucoup plus fine à piloter avec zéro assistances !"

Question simpliste, quelles comparaisons peux-tu faire entre l'endurance et le WTCC ?

"Aujourd'hui l'endurance est une catégorie où il faut rouler à 95% des capacités alors que le sprint est trés trés intense. Je sors autant fatigué aprés une course en WTCC qu'après une triple relais au Mans ! C'est trés intense nerveusement. C'est une belle catégorie."

Bref, Andrea à une belle carrière devant lui. Souhaitons lui la meilleure réussite possible, que ce soit en tourisme ou en endurance. En tout cas, un grand merci à lui pour sa sympathie et sa disponibilité.

23:04 Écrit par Blog-Endu dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |